Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Donc voilà

Un peu de tout, sur tout ou rien, selon l'humeur du jour.

HEURE D’HIVER

Publié le 31 Octobre 2016 par Jean Dufour

Vu les nombreux incidents constatés chaque année lors du passage à l’heure d'hiver, nous nous voyons dans l’obligation de diffuser à nouveau ce message

"Après le passage à l’heure d’hiver durant la nuit de samedi à dimanche, il nous semble important d’apporter ici une précision, les instructions données par la presse manquant singulièrement de précisions et prêtant (sans intérêt) à confusion. A trois heures, il fallait bien reculer sa montre d’une heure et retourner à deux heures. Mais ensuite, une fois arrivé de nouveau à trois heures, il ne fallait plus revenir en arrière. De nombreux interlocuteurs se sont étonnés d’être continuellement entre deux heures, et, harassés, se sont plaint de devoir rester réveillés afin de régler leurs horloges toutes les heures. Rappelons-le donc pour les rassurer: reculer ses aiguilles d’une heure, oui, mais une seule fois ! Une précision qui s’imposait. Ne nous remerciez pas, c’est tout naturel !
Donc, voilà."

HEURE D’HIVER
commentaires

TOUSSAINT PLEMENT

Publié le 31 Octobre 2016 par Jean Dufour

Entendu à la radio: "A Wavre, les herbicides sont désormais interdits dans les cimetières. Certains habitants ne sont pas contents."
Donc, voilà
.

commentaires

AVERTISSEMENT PHARMACEUTIQUE

Publié le 25 Octobre 2016 par Jean Dufour

Attention ! L'Eu-Ceta peut provoquer de graves irritations et de fortes démangeaisons.
Pas d'utilisation prolongée sans avis syndical.
Lire attentivement la notice. 

Donc, voilà.

AVERTISSEMENT PHARMACEUTIQUE
commentaires

IL FAIT T'ROBOT POUR TRAVAILLER !

Publié le 23 Octobre 2016 par Jean Dufour

"La Belgique est le pays qui compte le plus de robots humanoïdes au service de la personne et de la santé au monde, avant le Japon". Ainsi, dans plusieurs hôpitaux, centres de soins et maisons de repos, des robots sont chargés de guider et de renseigner les patients et les visiteurs. 
Les services de l'ONEM se sont montrés particulièrement intéressés par cette innovation et en ont immédiatement commandé une centaine afin d'assurer l'accueil des demandeurs d'emploi et autres sans-emploi sans emploi. Poil au doigt.
Donc, voilà.

IL FAIT T'ROBOT POUR TRAVAILLER !
commentaires

NOUVEAU DRAME DE LA VITESSE

Publié le 22 Octobre 2016 par Jean Dufour

Les responsables de la sécurité routière ont beau déployer maints efforts d'imagination pour sensibiliser les conducteurs aux dangers d'une vitesse excessive, chaque jour la presse nous livre une longue liste d'accidents dont la cause principale réside dans un non respect des limitations.
Pas plus tard que ce mercredi (ni plus tôt d'ailleurs), c'est par un incroyable dépassement de la vitesse prévue, que l’atterrisseur européen Schiaparelli, censé rechercher sur Mars l'eau qui sauvera les populations du Sud victimes de la sécheresse, s’est écrasé lors de sa descente vers la Planète rouge. Heureusement, à cette heure de faible affluence, on ne déplore aucune victime. Le véhicule restera cependant immobilisé jusqu'à l'arrivée des experts.
Les scénaristes hollywoodiens en mal de sujets se sont déjà emparés de l'affaire et l'on annonce pour très bientôt la réalisation d'une suite au film "Les révoltés du Bounty" sous le titre de: "Les insurgés de Mars".
Donc, voilà.
commentaires

ENTENDU A LA RADIO

Publié le 19 Octobre 2016 par Jean Dufour

Trois députés régionaux viennent de déposer ensemble une proposition de décret améliorant le régime juridique de conservation des cendres funéraires à domicile. L'un d'entre eux a justifié cette démarche sur les ondes matinales:
"Jusqu'à présent, vous deviez garder les cendres chez vous à vie !".
Donc, voilà.

commentaires

MICTION IMPOSSIBLE

Publié le 15 Octobre 2016 par Jean Dufour

A l'heure de l'accroissement des tentatives insidieuses de formatage de nos modes de vie et de pensée, soyons particulièrement vigilants et dénonçons systématiquement toute atteinte à nos libertés individuelles, si minime soit-elle !

Aussi, lançons-nous aujourd'hui une campagne contre cette ignominieuse mode qui entend nous imposer des standards (3-0) de comportement uniforme, faisant fi des particularités individuelles particulièrement particulières en cette matière.

Nous dénonçons en effet aujourd'hui ce mécanisme de plus en plus répandu qui entend limiter les durées d'éclairage dans les toilettes publiques, imposant ainsi à l'usager un temps de miction calqué sur une moyenne calculée par les concepteurs du système, qui s'arrogent ainsi le droit de calibrer nos moments les plus intimes. Grâce à des détecteurs de mouvements munis de minuterie, l'illumination des lieux s'interrompt subitement, vous obligeant, l'effet de surprise passé, à tenter un geste quelconque, afin de réclamer le droit à une minute de clarté supplémentaire (gratuite... du moins jusqu'à présent). Selon le type de tâche qui vous occupe à ce moment-là, que vous soyez assis, debout ou dans une autre position, vous conviendrez qu'il n'est pas toujours aisé d'enclencher un mouvement corporel suffisamment ample que pour être perçu par l'œil inquisiteur du détecteur, afin qu'il vous gratifie de ses lumières. De nombreux dommages ont déjà été observés depuis la mise en place de ce dispositif. Nous n'évoquerons pas les conséquences physiques causées par les gestes désespérés et incontrôlés de l'intéressé ainsi distrait de l'action en cours. Car il y a bien plus grave. Ainsi un député wallon s'est vu poursuivre en justice pour attitudes déplacées dans les toilettes d'un restoroute, alors qu'il tentait tout simplement de faire la lumière, en se retournant, agitant les bras en l'air. Et pas que les bras.

Il est donc temps d'agir. Boycottons les toilettes minutées ! Et participons en masse à la journée d'action parrainée par Florent Pagny, qui nous offrira en primeur son nouveau tube: "Ma liberté de pisser". Merci Florent !
Donc, voilà.

commentaires

LE SAINT DU JOUR D’AVANT

Publié le 13 Octobre 2016 par Jean Dufour

Rien de croustillant à se mettre sous le clavier en ce 13 octobre. Si la concomitance entre la Journée mondiale de la Sécurité routière et la Journée internationale du Hamburger a le mérite de mettre à l’honneur deux des inventions les plus assassines de notre pseudo civilisation, le prénom vénéré ce jour n’étant autre que celui de Géraud dont les plus célèbres furent Géraud Nimo, Gérau T. et le pétillant C.Géraud trop tôt disparu, profitons de cette indigence éphéméridale pour nous instruire un brin en invoquant le Saint d’hier : Wilfried himself !
Avant de se rencontrer et de copuler joyeusement, les parents du petit Wilfried étaient tous deux artisans forains et possédaient chacun une roulotte dans laquelle ils proposaient aux badauds du champ de foire leur spécialité : des bâtons de pommes de terre crue pour lui, et pour elle du blanc de bœuf bien chaud dont raffolait la population affamée en ces périodes de disette (voire de disette cinquante). Leurs étals étant voisins, ils firent rapidement connaissance, ils se plurent (d'oignon) de plus en plus, et un beau soir, il lui trempa son bâton de pomme de terre dans l'huile bouillante. La pomme-frite était née et fit la fortune des deux amoureux. De leur union naquit un petit grassouillet garçonnet qu’ils affublèrent, comme de bien entendu, du joli patronyme de "Huile-Frite". Dénomination qu’un moine copiste presbyte du Moyen-âge transforma bien malgré lui en Wilfried … !
Donc, voilà.
commentaires

FAITS DIVERS

Publié le 11 Octobre 2016 par Jean Dufour

Nous nous devons de revenir sur ce terrible accident survenu ce week-end, pour préciser que le maître-nageur a bien été blessé au bassin !
Donc, voilà.

commentaires

LES NOTES DE L'ACTU

Publié le 10 Octobre 2016 par Jean Dufour

Tous les matins, à 6 h 55 sur la Première, une chanson illustre un fait de l'actualité du jour. Nous ne voulons pas être en reste, et avons, nous aussi, choisi d'illustrer l'actualité bancaire de ces derniers jours par cette chanson prémonitoire de 1973. Nous vous offrons en prime une partie du texte et de sa traduction (ne nous remerciez pas, c'est tout naturel, nous sommes comme ça...) !

Oh, ING (NDLR: prononcez Aïènji), oh, ING, when will those dark clouds disappear
ING, ING, where will it lead us from here
With no loving in our souls and no money in our coats
You can't say we're satisfied
But ING, ING, you can't say we never tried

But ING,ING, ain't it good to be alive
ING, ING, they can't say we never tried

Traduction:
Oh, ING, oh, ING, quand-est-ce que ces nuages sombres disparaîtront
ING, ING, où cela va-t-il nous mener
Sans amour dans nos âmes ni argent dans nos manteaux
Tu ne peux pas dire que nous sommes satisfaits
Mais ING, ING, tu ne peux pas dire que nous n'avons jamais essayé

Mais ING, ING, n'est-ce pas merveilleux de vivre
ING, ING, ils ne peuvent pas dire que nous n'avons pas essayé
.
Donc, voilà.

 

commentaires
1 2 > >>